onglets

http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page_18.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/adresses.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page_10.html

 - -

Randonnée zéro déchet au coeur de l'Aubrac


Ma mère vit sur le plateau de l'Aubrac côté Aveyron. Cette région qui l'hiver est très hostile se change en terre luxuriante au printemps et en été. Au signal de Mailhebiau, on atteint une altitude de 1469m, autant vous dire que le plateau de l'Aubrac n'a rien à voir avec les paysages hollandais, il a été bâti par de nombreux volcans il y a plusieurs millions d'années! J'y retourne le plus souvent possible. C'est un lieu de sérénité où la frénésie parisienne s'estompe en un clin d'oeil. Cet été j'ai décidé de laisser mon lit douillet le temps de quelques jours pour partir en randonnée et me retrouver un peu. Nous avons donc tout préparé à l'avance de façon à voyager le plus léger mais aussi en produisant le moins de déchets possible.
Contenu de mon sac

1 sac de couchage
1 tapis de sol
1 imperméable
1 pull
1 foulard couvrant tête et épaules
1 culotte de rechange
1 paire de chaussettes de rechange
1 petite serviette de toilette
1 brosse à dents et un petit pot de dentifrice
1 peigne
1 flacon d'HE de palmarosa
1 savon pour la vaisselle et la toilette
1 rouleau de PQ
1 bobine de corde
1 boussole
1 fire steel
1 lampe torche dynamo
1 lunch box
1 fourchette et cuillère
1 couteau laguiole (Calmels depuis 4 générations)
1 camping gaz et 2 recharges
1 tupperware pour les cueillettes
2 gourdes (50cl et 75cl)
1 vaporisateur anti moustiques à la citronnelle
1 carte 
1 livret de randonnée

Chris portait en plus de ses affaires perso la tente, la trousse de secours, un mini kit de survie et une partie de la nourriture. Chacun d'entre nous portait au départ, une paire de chaussettes, un sous-vêtement, un pantalon de randonnée, un t-shirt ou débardeur, une chemise en lin pour ma peau de porcelaine, un bâton de marche et des chaussures de randonnée à la bonne pointure (c'est extrêmement important pour les longues distances de se sentir à l'aise dans ses chaussures, si ça n'est pas le cas, changez-en!)


En parlant de nourriture, il était hors de question pour moi de partir avec des aliments lyophilisés même si le choix au vieux campeur est d'une variété extraordinaire (il y a même des plats adaptés aux vegans). Le choix des aliments était donc difficile à faire. Nous avons tout de suite dit adieu aux bons fruits et légumes (gorgés d'eau donc un poids inutile à porter). Chris a dû aussi se passer de son jus d'orange quotidien et moi de mes gâteaux fais maison. Mais nous avons trouvé de bonnes alternatives pour manger bien et ne pas porter trop lourd.

Les aliments

2 oignons
1 pot de concentré de tomates
1 pot de sauce tikka massala (pour le repas de "fête")
4 portions de pâtes
4 portions de lentilles corail
4 portions de riz
8 portions de semoule
20 barres de céréales
Dattes
Raisins secs
Café instantané pour Chris
1 petit pot de sel poivré
1 petit pot de cumin
1 petit pot de coriandre
1 petite bouteille de vinaigrette

 
Les menus étaient donc simples mais efficaces: pâtes à la sauce tomate, riz tikka massala, dahl de lentilles, semoule aux fruits secs. Nous préparions le repas le soir et remangions la même chose le lendemain midi version froide. Au petit déjeuner nous avions une barre de céréales chacun, un café pour Chris et une infusion de plantes pour moi et une autre barre de céréales à 16h pour tenir jusqu'à notre arrêt entre 19h et 21h.

Je crois que je ne me suis jamais autant rendue compte de la valeur de l'eau qu'en conditions de restriction comme pendant une randonnée comme celle-ci. Nous avons bivouaqué tous les soirs, nous ne voulions pas dormir en camping mais en pleine nature. Nous devions donc trouver de l'eau avant la tombée de la nuit. L'idéale est de se placer proche d'une source d'eau comme un ruisseau. Mais il faut tout de même faire attention. L'eau ne vient pas toujours d'une source potable, elle peut être polluée par les cyanobactéries (petites "algues" vertes) à cause de l'élevage animal. Si vous utilisez l'eau d'un ruisseau, assurez-vous de bien l'avoir faite bouillir avant de la boire. Malheureusement on ne peut pas faire disparaître les autres pollutions type engrais et pesticides provenant des champs alentours. Pour notre cas, l'Aubrac est une région de bétail et non d'agriculture, la seule pollution que nous risquions était donc la première, facilement remédiable. Mais le mieux reste de passer par des villages durant la journée pour faire le plein d'eau potable. Les sources d'eau potable y sont nombreuses et si ce n'est pas le cas il y aura toujours des habitants généreux qui vous aideront comme ça a été le cas pour nous arrivés aux Mazes. A cause de la chaleur, l'eau de leur village se retrouve impropre à la consommation. Nous avons rencontré un couple de jeunes qui nous a gracieusement dépannés d'une bouteille d'eau alors qu'il ne nous restait plus que 75cl d'eau bouillie la veille pour deux. Il est recommandé de boire 1L5 d'eau par jour, en été c'est plus, lorsque l'on est actifs comme en randonnée, c'est bien plus.


Un soir, nous avons fait un feu de camp. En Aubrac, il fait chaud la journée et très froid la nuit en été. Avec les évènements de cet été dans le sud de la France, vous n'êtes pas sans savoir qu'un feu de forêt se déclenche souvent à partir de pas grand chose. Un mégot de cigarette ou un feu de camp mal éteint et tout part en fumé à des kilomètres à la ronde. Dans certaines régions les feux de camp restent tout de même autorisés s'ils sont bien réalisés. Si vous souhaitez faire un feu de camp, assurez-vous de toujours être proches d'une source d'eau (nous on préfère se mettre au bord d'un ruisseau, aucun risque n'est pris). Il faut toujours nettoyer des feuilles mortes et herbes sèche le lieu que vous choisissez. Placez même des pierres pour délimiter votre foyer. Une fois que vous avez fini votre feu, éteignez-le bien et n'hésitez pas à vous y reprendre à plusieurs fois pour être bien sûr qu'une braise n'a pas échappé à votre attention. Avant de partir, rendez le lieu comme vous l'avez trouvé.

Pour une première randonnée en conditions extrêmes je suis plutôt fière de moi. J'ai réussi à ne pas trop râler et quand je le faisais c'était totalement justifié. Nous nous sommes parfois retrouvés dans des situations pas possibles à traverser des champs de fougères plus hautes que nous sans savoir où nous posions le pied sur une durée d'une heure et demi ou encore dans des chemins non pratiqués depuis des dizaines d'années qui commençaient bien mais qui finissaient par des masses de ronces et de genévrier à devoir presque ramper avec nos lourds sacs pour s'en extraire. Mais comme m'a dit Chris "il vaut mieux avoir quelques mauvais moments plutôt que tout se passe bien du début à la fin!". Ce voyage m'a permis de me rendre compte que j'avais un sens de l'orientation extraordinaire et que je savais parfaitement lire une carte. Dans un monde où la technologie fait tout à notre place c'est plutôt rassurant de savoir qu'en cas de pépin on ne sera pas trop à la ramasse. J'ai aussi pu voir que je m'adaptais autant que quand j'étais petite quand il s'agit de devoir dormir n'importe où et dans n'importe quelles conditions. Moi qui était un peu flippée la deuxième nuit lorsque le vent soufflait tellement que notre tente donnait l'impression qu'elle allait s'envoler à tout moment, j'ai réussi à mieux dormir que Chris qui était aux aguets au moindre bruit alors que c'est le plus posé de nous deux. Mais mon côté trop honnête ne m'a pas quittée d'une semelle et j'ai parfois pu dire des choses sans réfléchir à la tournure adéquate, ce défaut dont il faut que je m’attèle à maitriser un jour. Ma mère m'a rassurée en me disant qu'avec l'âge on fini par apprendre à arrondir les angles!


Pour conclure, je crois qu'il est quasi impossible de partir plus d'une semaine en randonnée zéro déchet à moins de trouver un point de ravitaillement en chemin. La nourriture prend beaucoup de place même si elle est simplifiée et surtout, elle pèse lourd. Nous avons porté les mêmes vêtements pendant toute notre randonnée alors les retrouvailles avec la douche étaient tout de même très agréables. Selon ma mère et mon frère nos habits sentaient fort en arrivant malgré nos toilettes quotidiennes!

Beaucoup de personnes m'ont demandé de partager la recette de nos barres de céréales suite à la publication sur Instagram. Ce sera donc le sujet du prochain article!



Et vous, avez-vous passé un bel été? Êtes-vous partis?   

7 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ton article, c'est difficile de garder le cap parfois de la diminution de déchets en vacances!
    Vous êtes partis combien de jours?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est vrai que je n'ai pas précisé, c'était 5 jours!

      Supprimer
  2. Merveilleux ! Tu as (vous avez) beaucoup de chance de pouvoir faire ce genre d'activité en couple ! :o)Merci pour ce partage. Bonne fin de semaine. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la première fois que je fais ça parce que je suis trop froussarde pour faire ça toute seule, j'étais super contente quand il m'a dit qu'il était partant!

      Supprimer
  3. Chouette article ! C'est enrichissant de se confronter à soi-même dans des conditions peu confortables, loin de notre confort quotidien... Bravo pour avoir réussi à limiter autant les déchets ! Je suis intéressée aussi par la recette des barres de céréales, ça peut servir pour les matins un peu pressés.
    Mes vacances étaient au Pays Basque, j'ai découvert une mer pleine de déchets plastiques avec tristesse, alors définitivement, vive le zéro déchet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh quel beau pays pourtant le Pays Basque c'est dommage que la vue des déchets t'aient un peu gâché ces vacances... J'en ai aperçu quelques uns pendant notre randonnée et j'avais très envie de les récolter dans un sac plastique mais nous étions déjà tellement chargés que je n'ai pas eu le courage de le faire...

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Sinon, pour les parisiens qui nous suivent, il y a des balades à faire en ile de France.
    Typiquement, dans mon département, 3800km d'itinéraire existent (http://www.seine-et-marne.fr/Culture-sports-tourisme/Randonnees/Circuits-de-randonnees)
    Et certains sont accessible par le train, comme les balades qui partent de la gare de Longueville (pas mal réputé à la belle saison)

    Et pas mal dépaysant, car dés qu'on s'éloigne de Paris, on rentre dans la campagne profonde! ;)

    RépondreSupprimer